Le mur de San Pedro

Partager

Recherches archéologiques

La recherche archéologique réalisée à Cabezo de San Pedro depuis la fin des années soixante a démontré l'importance historique de la région pour le panorama scientifique au niveau national et international. Les fouilles effectuées en 1977 et 1978 ont révélé des couches tardives de l'âge du bronze et surtout une grande construction qui serait un mur de soutènement. Il donne des signes de la présence d'une fortification construite avec des techniques phéniciennes dans d'autres constructions plus anciennes sur la colline. Ensuite, une série de phases a été établie pour étudier l'évolution de la culture matérielle locale de l'âge du bronze. Quelques éléments orientaux ont été ajoutés grâce à la présence de navigateurs méditerranéens à Huelva; pour cette raison, cette période est communément appelée la période orientalisante («période orientalisante»). Ensuite, les débats sur le royaume de Tartessos et l'importance de Huelva pour cela (avec un rôle notable dans la production et la commercialisation des métaux nobles pendant cette période) sont devenus un important sujet historiographiqu

Le procès de protection

Le procès de protection du Cabezo de San Pedro a été commencé selon la législation en vigueur à ce moment : la Loi du 13 mai 1933 relative à la défense, préservation et accroissement du patrimoine national, historique et artistique. La Dirección General de Bellas Artes, Archivos y Bibliotecas (« Direction générale des beaux-arts, archives et bibliothèques ») a intenté des procès pour déclarer la zone « Monument historique, artistique et archéologique » avec la Résolution du 24 novembre 1980. Le procès de protection qui a commencé dans les années soixante-dix a fini avec la Loi 16/1985 du 25 juin relative au Patrimoine historique espagnol et aussi la Loi 1/1991 relative au Patrimoine historique andalou, qui venait d'être approuvée. Cela a donné lieu aussi aux démarches du plan spécial pour déclarer le Cabezo de San Pedro « Site archéologique ». Cette déclaration a eu lieu finalement en 1992 selon le Décret 190/1993 du 3 novembre qui déclare le Cabezo de San Pedro à Huelva un Site d'intérêt culturel à la catégorie de Site archéologique (BOJA nº 1 du 5 janvier 1993). La délimitation du terrain ne comprenait pas seulement la colline mais en plus le sous-sol de l'Église de San Pedro et la Place de San Pedro. On a compris tout après dans le Secteur A1 de la Zone archéologique de Huelva (Ordre du 14 Mai 2001 relatif à l'inclusion de la Zone archéologie de Huelva dans le Catalogue général du patrimoine historique andalou, du BOJA nº 75 du 3 juillet 2001).

Ce site était d'habitude le c'ur de la ville et le centre d'activité tout au long de l'histoire de Huelva. Autour de la Place de San Pedro on peut trouver les éléments principaux permettant la reconstruction du passé de la ville depuis la lointaine période de Tartessos jusque nos jours par les autres périodes historiques : l'Onuba romaine, la Welba islamique et après chrétienne pendant le Moyen Âge et aussi les siècles postérieurs, représentés par les bâtiments religieux qui ont perduré jusqu'aujourd'hui. Le Marché de Santa Fe, appartenant à cette route historique, est un exemple de l'architecture « verre et acier » et un symbole de cette période de grandes mutations industrielles et modernisations à la fin du XIXe siècle à Huelva.